L’Histoire de l’homme qui a tué Google Search

C’est l’histoire de la mort de Google Search et des personnes responsables de sa mort.

L’histoire commence le 5 février 2019, lorsque Ben Gomes, le responsable de la recherche de Google, a eu un problème. Jerry Dischler, alors vice-président et directeur général des publicités chez Google, et Shiv Venkataraman, alors vice-président de l’ingénierie, de la recherche et des annonces sur les propriétés de Google, avaient qualifié de « code jaune » les revenus de recherche en raison, et je cite, de « la faiblesse constante des chiffres quotidiens » et de la probabilité qu’il termine le trimestre avec un retard significatif.

Pour ceux qui ne sont pas familiers avec le jargon scientologue interne de Google, laissez-moi vous expliquer. Un « code jaune » n’est pas, comme on pourrait le penser, une crise de gravité modérée. Le jaune, selon le livre révélateur de Steven Levy sur Google, fait référence – et je vous promets que je n’invente rien – à la couleur d’un débardeur que l’ancien vice-président de l’ingénierie Wayne Rosing portait lorsqu’il travaillait pour l’entreprise. Il s’agit essentiellement de l’équivalent de DEFCON 1 et active, comme l’a expliqué Levy, une situation semblable à une salle de crise où les travailleurs sont tirés de leur bureau et dans une salle de conférence où ils s’attaquent au problème en priorité absolue. Tous les autres projets ou préoccupations sont mis de côté.

Dans des e-mails publiés dans le cadre de l’affaire antitrust du ministère de la Justice contre Google, Dischler a exposé plusieurs facteurs contributifs – la croissance des requêtes de recherche était « significativement en retard sur les prévisions », le « timing » des lancements de revenus était considérablement en retard et une vague inquiétude quant à « plusieurs faiblesses spécifiques aux annonceurs et au secteur » dans la recherche.

Je dois noter que j’ai déjà – et à tort – fait référence au « code jaune » comme quelque chose que Gomes a soulevé comme un moyen d’attirer l’attention sur la proximité du côté des publicités de Google qui se rapproche trop de la recherche. La vérité est beaucoup plus sombre – le code jaune était le grondement de l’économie de la pourriture, avec la branche des revenus de Google sonnant l’alarme que sa poule aux œufs d’or ne pondait pas assez d’œufs. Gomes, un Googler de 19 ans qui a jeté les bases des moteurs de recherche modernes, devrait être l’une des rares personnes dans le domaine de la technologie à s’être réellement battue pour un vrai principe, détruit et remplacé par Prabhakar Raghavan, un traître de classe d’informaticien qui s’est rangé du côté de la secte du conseil en gestion. Plus déroutant encore, l’un des problèmes était qu’il n’y avait pas une croissance suffisante des « requêtes », c’est-à-dire de la quantité de choses que les gens demandaient à Google. C’est un peu comme si Ford décidait que les choses allaient mal parce que les conducteurs ne parcouraient pas assez de kilomètres avec leurs camions.

Quoi qu’il en soit, quelques jours auparavant, le 1er février 2019, Kristen Gil, alors vice-présidente des finances commerciales de Google, avait envoyé un e-mail à Shashi Thakur, alors vice-président de l’ingénierie, de la recherche et de la découverte de Google, disant que l’équipe publicitaire avait envisagé un « code jaune » pour « combler l’écart de recherche [qu’elle voyait] », faisant vaguement référence à l’importance de cette croissance pour un « plan d’entreprise » sans nom. Pour être clair, cet e-mail était une réponse à Thakur déclarant qu’il n’y avait « rien » que l’équipe de recherche puisse faire pour fonctionner à la fidélité de croissance que les publicités avaient exigée.

(Note de l’éditeur : si vous lisez ces e-mails, commencez par le bas et remontez).

Shashi a transmis l’e-mail à Gomes, demandant s’il y avait un moyen d’en discuter avec Sundar Pichai, le PDG de Google, et déclarant qu’il n’y avait aucun moyen qu’il s’inscrive à une mesure commerciale « haute fidélité » pour les utilisateurs actifs quotidiens sur la recherche. Thakur a également dit quelque chose auquel je pense constamment depuis que j’ai lu ces e-mails : qu’il y avait une bonne raison pour laquelle les fondateurs de Google ont séparé la recherche des publicités.

Le 2 février 2019, un jour plus tard, Thakur et Gomes ont partagé leurs inquiétudes avec Nick Fox, vice-président de la recherche et de Google Assistant, entrant dans un débat de plusieurs jours sur la soif soudaine de croissance de Google. Le fil de discussion est une fenêtre sombre sur le monde de la technologie axée sur la croissance, où Thakur a énuméré les multiples points de déconnexion entre les équipes publicitaires et de recherche, discutant de la façon dont l’équipe de recherche n’a pas été en mesure d’optimiser finement l’engagement sur Google sans « pirater l’engagement », un terme qui signifie effectivement tromper les utilisateurs pour qu’ils passent plus de temps sur un site. et que cela les conduirait à « abandonner le travail sur des trajets efficaces ». Dans un e-mail, Fox ajoute qu’il y avait un « décalage assez important entre ce que la finance et les publicités veulent » et ce que faisait la recherche.

Lorsque Gomes a repoussé les multiples demandes de croissance, Fox a ajouté que tous les trois étaient responsables de la recherche, que la recherche était « le moteur de revenus de l’entreprise » et que le troc avec les équipes publicitaires et financières était potentiellement « la nouvelle réalité de leur travail ».

Le 6 février 2019, Gomes a déclaré qu’il pensait que la recherche « se rapprochait trop de l’argent » et a terminé son e-mail en disant qu’il était « préoccupé par le fait que la croissance est tout ce à quoi Google pensait ».

Le 22 mars 2019, Darshan Kantak, vice-président de la gestion des produits chez Google, a déclaré la fin du code jaune. Le fil de discussion consistait principalement en des e-mails de félicitations jusqu’à ce que Gomes réponde en félicitant l’équipe, en disant que les plans architecturés dans le cadre du code fonctionneraient bien tout au long de l’année.

Prabhakar Raghavan, alors responsable des publicités de Google et véritable cerveau derrière le code jaune, répondait sèchement, disant que les objectifs de revenus actuels avaient été atteints « par une ingénierie RPM héroïque » et que « la douceur des requêtes de base se poursuivait sans atténuation » – une façon très maladroite de dire que malgré ces changements, la croissance des requêtes ne se produisait pas.

Un jour plus tard, Gomes a envoyé un e-mail à Fox et Thakur qu’il avait l’intention d’envoyer à Raghavan. Il a commencé en disant qu’il était « ennuyé à la fois personnellement et au nom de l’équipe de recherche ». Dans un long e-mail, il a expliqué comment on pourrait augmenter l’engagement avec Google Search, mais a spécifiquement ajouté qu’ils pourraient « augmenter les requêtes assez facilement à court terme de manière négative pour les utilisateurs », comme désactiver la correction orthographique, désactiver les améliorations de classement, ou en plaçant des raffinements – en fait des étiquettes – partout sur la page, ajoutant qu’il était « possible qu’il y ait des compromis ici entre différents types de négativité des utilisateurs causés par le piratage de l’engagement », et qu’il était « profondément mal à l’aise avec cela ». Il a également ajouté que c’était la raison pour laquelle il ne croyait pas que les requêtes étaient une bonne mesure pour mesurer la recherche et que la meilleure défense contre la faiblesse des requêtes était de créer « des expériences utilisateur convaincantes qui donnent envie aux utilisateurs de revenir ».

In the March 2019 core update to search, which happened about a week before the end of the code yellow, was expected to be “one of the largest updates to search in a very long time. Yet when it launched, many found that the update mostly rolled back changes, and traffic was increasing to sites that had previously been suppressed by Google Search’s “Penguin” update from 2012 that specifically targeted spammy search results, as well as those hit by an update from an August 1, 2018, a few months after Gomes became Head of Search.

While I’m guessing, the timing of the March 2019 core update, along with the traffic increases to previously-suppressed sites, heavily suggests that Google’s response to the Code Yellow was to roll back changes that were made to maintain the quality of search results.

A few months later in May 2019, Google would roll out a redesign of how ads are shown on the platform on Google’s mobile search, replacing the bright green “ad” label and URL color on ads with a tiny little bolded black note that said “ad,” with the link looking otherwise identical to a regular search link. I guess that’s how it started hitting their numbers following the code yellow.  

In January 2020, Google would bring this change to the desktop, which The Verge’s Jon Porter would suggest made “Google’s ads look just like search results now.” 

Five months later, a little over a year after the Code Yellow debacle, Google would make Prabhakar Raghavan the head of Google Search, with Jerry Dischler taking his place as head of ads. After nearly 20 years of building Google Search, Gomes would be relegated to SVP of Education at Google. Gomes, who was a critical part of the original team that made Google Search work, who has been credited with establishing the culture of the world’s largest and most important search engine, was chased out by a growth-hungry managerial types led by Prabhakar Raghavan, a management consultant wearing an engineer costume. 

A quick note: I used “management consultant” there as a pejorative. While he exhibits all the same bean-counting, morally-unguided behaviors of a management consultant, from what I can tell Raghavan has never actually worked in that particular sector of the economy. 

But do you know who has? Sundar Pichai, who previously worked at McKinsey — arguably the most morally abhorrent company that has ever existed, having played roles both in the 2008 financial crisis (where it encouraged banks to load up on debt and flawed mortgage-backed securities) and the ongoing opioid crisis, where it effectively advised Purdue Pharma on how to “growth hack” sales of Oxycontin. McKinsey has paid nearly $1bn over several settlements due to its work with Purdue. I’m getting sidetracked, but one last point. McKinsey is actively anti-labor. When a company brings in a McKinsey consultant, they’re often there to advise on how to “cut costs,” which inevitably means layoffs and outsourcing. McKinsey is to the middle class what flesh-eating bacteria is to healthy tissue. 

These emails are a stark example of the monstrous growth-at-all-costs mindset that dominates the tech ecosystem, and if you take one thing away from this newsletter, I want it to be the name Prabhakar Raghavan, and an understanding that there are people responsible for the current state of technology. 

These emails — which I encourage you to look up — tell a dramatic story about how Google’s finance and advertising teams, led by Raghavan with the blessing of CEO Sundar Pichai, actively worked to make Google worse to make the company more money. This is what I mean when I talk about the Rot Economy — the illogical, product-destroying mindset that turns the products you love into torturous, frustrating quasi-tools that require you to fight the company’s intentions to get the service you want.

Heroes and Villains

Ben Gomes is a hero. He was instrumental in making search work, both as a product and a business, joining the company in 1999 — a time long before Google established dominance in the field, and the same year when Larry Page and Sergey Brin tried to sell the company to Excite for $1m, only to walk away after Vinod Khosla (an Excite investor and the co-founder of Sun Microsystems) lowballed the pair with a $750,000 offer. 

In an interview with FastCompany’s Harry McCracken from 2018, Gomes framed Google’s challenge as “taking [the PageRank algorithm] from one machine to a whole bunch of machines, and they weren’t very good machines at the time.” Despite his impact and tenure, Gomes had only been made Head of Search in the middle of 2018 after John Giannandrea moved to Apple to work on its machine learning and AI strategy. Gomes had been described as Google’s “search czar,” beloved for his ability to communicate across departments. 

Every single article I’ve read about Gomes’ tenure at Google spoke of a man deeply ingrained in the foundation of one of the most important technologies ever made, who had dedicated decades to maintaining a product with a — to quote Gomes himself — “guiding light of serving the user and using technology to do that.” And when finally given the keys to the kingdom — the ability to elevate Google Search even further — he was ratfucked by a series of rotten careerists trying to please Wall Street, led by Prabhakar Raghavan.

Do you want to know what Prabhakar Raghavan’s old job was? What Prabhakar Raghavan, the new head of Google Search, the guy that has run Google Search into the ground, the guy who is currently destroying search, did before his job at Google?

He was the head of search for Yahoo from 2005 through 2012 — a tumultuous period that cemented its terminal decline, and effectively saw the company bow out of the search market altogether. His responsibilities? Research and development for Yahoo’s search and ads products.

When Raghavan joined the company, Yahoo held a 30.4 percent market share — not far from Google’s 36.9%, and miles ahead of the 15.7% of MSN Search. By May 2012, Yahoo was down to just 13.4 percent and had shrunk for the previous nine consecutive months, and was being beaten even by the newly-released Bing. That same year, Yahoo had the largest layoffs in its corporate history, shedding nearly 2,000 employees — or 14% of its overall workforce

The man who deposed Ben Gomes — someone who worked on Google Search from the very beginning — was so shit at his job that in 2009 Yahoo effectively threw in the towel on its own search technology, instead choosing to license Bing’s engine in a ten-year deal. If we take a long view of things, this likely precipitated the overall decline of the company, which went from being worth $125bn at the peak of the Dot Com bubble to being sold to Verizon for $4.8bn in 2017. 

With search no longer a priority — and making less money for the company — Yahoo decided to pivot into web 2.0 and original content, making some bets that paid off, but far, far too many that didn’t. It spent $1.1bn on Tumblr in 2013, only for Verizon to sell it for just $3m in 2019. It bought Zimbra in 2007, ostensibly to compete with the new Google Apps productivity suite, only to sell it (for a reported fraction of the original purchase price) to VMware a few years later. Yahoo was a company without a mission, purpose, or objective. Nobody — and, I’ll speculate, even those leading the company — really knew what it was, or what it did. 

In an interview with ZDNet’s Dan Farber from 2005, Raghavan spoke of his intent to “align the commercial incentives of a billion content providers with social good intent” while at Yahoo, and his eagerness to “inspire the audience to give more data. Before that, it’s hard to find out exactly what Raghavan did — according to ZDNet, he spent “14 years doing search and data-mining research at IBM.”

In April 2011, the Guardian ran an interview with Raghavan that called him “Yahoo’s secret weapon,” describing his plan to make “rigorous scientific research and practice… to inform Yahoo’s business from email to advertising,” and how under then-CEO Carol Bartz, “the focus has shifted to the direct development of new products.” It speaks of Raghavan’s “scientific approach” and his “steady, process-based logic to innovation that is very different to the common perception that ideas and development are more about luck and spontaneity,” a sentence I am only sharing with you because I need you to see how stupid it is, and how specious the tech press’ accolades used to be. This entire article is ridiculous, so utterly vacuous that I’m actually astonished. What about Raghavan’s career made this feel right? How has nobody connected these dots before and said something? Am I insane?

To be clear, this was something written several years after Yahoo had licensed its search engine to Microsoft in a financial deal that Marisa Mayer, who replaced Bartz, was still angry about for years. Raghavan’s reign as the “search master” was one so successful that it ended up being replaced by a search engine that not a single person in the world enjoys saying out loud. 

This Guardian article ran exactly one year before dramatic layoffs at Yahoo that involved firing entire divisions-worth of people, and four months before Carol Bartz would be fired by telephone by then-Chairman Roy Bostock. Her replacement — Scott Thompson, who previously served as President of PayPal — would last only five months in the role before he too was replaced by former Google executive Marissa Mayer, in part because it emerged he lied on his resume about having a Computer Science degree.

Bartz joined Yahoo in 2009 in the aftermath of its previous CEO Jerry Yang refusing to sell the company to Microsoft for $45 billion. In her first year, she laid off hundreds of people and struck a deal to power Yahoo’s search using Microsoft’s Bing search engine tech, with Microsoft paying Yahoo 88% of the revenue it gained from searches — a deal that made Yahoo a couple hundred million dollars for handing over the keys to its most high-traffic platform. 

As I have previously stated, when Prabhakar Ragahavan, Yahoo’s secret weapon, was doing his work, Yahoo Search was so valuable it was replaced with Bing. The company’s sole value, in many ways, was entirely driven by nostalgia and the association with the days before he worked there. 

A Near-Anonymous Villain

It’s very, very difficult to find much on Raghavan’s history — it took me hours of digging through Google results to find the three or four articles that went into any depth about him — but from what I’ve gleaned, his expertise lies primarily in “failing up,” ascending through the ranks of technology on the momentum from the explosions he caused. In a WIRED interview from 2021, Steven Levy said Raghavan “isn’t CEO of Google— he just runs the place,” and described his addition to the company as “a move from research to management.” 

While Levy calls him a “world-class computer scientist who has authored definitive texts in the field,” he also describes Raghavan as “choosing a management track,” which definitely tracks with everything I’ve found about him. Raghavan proudly declares that “Google’s third-party ad tech plays a critical role in keeping journalism alive” at a time when he was aggressively incentivizing search engine optimized content, and a year after he’d deposed someone who actually gave a shit about search.

Under Raghavan, Google has become less reliable, less transparent, and is dominated by search engine optimized aggregators, advertising, and outright spam. 

As I’ve argued previously, we — with good reason — continually complain about the state of Twitter under Elon Musk, but I’d argue Raghavan (and, by extension, Google CEO Sundar Pichai) deserve as much criticism, if not more, for the damage they’ve done to society. Because Google is the ultimate essential piece of online infrastructure, just like power lines and water mains are in the physical realm.

Raghavan and his cronies worked to oust Ben Gomes, a man who dedicated a good portion of his life to making the world’s information more accessible, in the process burning the Library of Alexandria to the ground so that Pichai could make more than 200 million dollars a year.

Et Raghavan – un manager, embauché par Sundar Pichai, un ancien de McKinsey et un manager de métier – est un exemple de tout ce qui ne va pas dans l’industrie de la technologie. Malgré son passé de véritable informaticien avec de réelles références universitaires, Raghavan a choisi de raser les travailleurs réels et de les remplacer par des crapauds qui rendraient Google plus rentable et moins utile au monde en général.

Depuis que Prabhakar a pris les rênes en 2020, la recherche Google a considérablement diminué, les nombreuses mises à jour de recherche « de base » prétendument effectuées pour améliorer la qualité des résultats ayant un effet négatif, augmentant la prévalence du contenu spammé et optimisé pour les moteurs de recherche.

C’est parce que les personnes qui dirigent l’industrie de la technologie ne sont plus celles qui l’ont construite. Larry Page et Sergey Brin ont quitté Google en décembre 2019 (la même année que le fiasco de Code Yellow), et bien qu’ils restent actionnaires majoritaires, ils n’en ont clairement rien à foutre de ce que signifie « Google ». Prabhakar Raghavan est un manager, et sa carrière, d’après ce que je peux dire, est principalement composée de « fait des trucs chez IBM, n’a pas réussi à faire de Yahoo quelque chose de notable, et a tellement foutu Google en l’air que tous les organes de presse ont publié un article sur la gravité de la situation ».

C’est le résultat du fait de retirer la technologie des mains des vrais constructeurs et de la remettre aux gestionnaires à une époque où la « gestion » est synonyme de « rester aussi loin que possible du travail réel ». Et lorsque vous êtes un homme à ne rien faire qui cherche à faire le plus de profit possible, vous ne vous souciez que de la croissance. Vous n’êtes pas un utilisateur, vous êtes un parasite, et ce sont ces parasites qui ont dominé et vident l’industrie technologique de sa valeur.

L’histoire de Raghavan est unique, dans la mesure où les dommages qu’il a réussi à infliger (ou, si nous sommes exceptionnellement charitables, qu’il n’a pas réussi à éviter dans le cas de Yahoo) à deux entreprises déterminantes de l’industrie, et le fait qu’il l’a fait sans être PDG ou fondateur. Ce qui est peut-être plus remarquable, c’est qu’il y est parvenu tout en conservant un certain degré d’anonymat. Tout le monde sait qui sont Musk et Zuckerberg, mais Raghavan n’est connu que dans son coin d’Internet. Ou du moins, il l’était.

Aujourd’hui, Raghavan a dit à ceux qui travaillent sur la recherche que leur « nouvelle réalité opérationnelle » est celle avec moins de ressources et moins de temps pour livrer les choses. Le Maître Pourriture Raghavan est là pour extraire autant qu’il le peut du cadavre d’un produit qu’il a battu à mort à mains nues.

Raghavan est un économiste de la pourriture du Temple de la renommée, et l’un des nombreux types de gestionnaires qui ont causé des dommages incommensurables à Internet au nom de la croissance et de la « valeur actionnariale ». Et je crois que ces super-managers – ces ultra-pousse-crayons et ces chiens de croissance – sont les forces qui détruisent la capacité de la technologie à innover.

Et dans ma prochaine newsletter, je vais vous expliquer comment un type très spécifique d’état d’esprit managérial a empoisonné la Silicon Valley, rendant les échecs de carrière insondables riches tandis que vos produits technologiques préférés se dégradent.

Mohamed SAKHRI
Mohamed SAKHRI

Je suis Mohamed SAKHRI, le créateur et rédacteur en chef de Tech To Geek, via ce petit blog, je partage avec vous ma passion pour la technologie. Mon expertise couvre divers systèmes d’exploitation, notamment Windows, Linux, macOS et Android, en mettant l’accent sur l'ajout de guides pratiques . De plus, je me plonge dans des sujets liés à WordPress. Vous pouvez en savoir plus sur moi sur mon Linkedin!,
Twitter!,
Reddit
Facebook

Articles: 1115

Mises à jour de la newsletter

Saisissez votre adresse e-mail ci-dessous et abonnez-vous à notre newsletter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *